L’argent numérique n’a pas besoin de banque numérique

Billet numérique DashDans un article de Dash Force News publié le 16 juin 2017, le prolifique Joël Valenzuela explique en quoi les cryptomonnaies, et Dash en particulier, n’ont aucun besoin d’une quelconque “banque numérique”. Il s’agit bel et bien pour chacun d’être sa propre banque et, pour cela, de respecter quelques règles de sécurité. Dash France vous propose la traduction de cet article en français.


Coinbase [plateforme d’achat et de vente de cryptomonnaies] a récemment “gelé” le compte qui recueillait les dons en faveur de Ross Ulbricht. Cet épisode a suscité en moi quelques pensées : beaucoup d’utilisateurs de cryptomonnaies n’utilisent pas Coinbase de la manière qu’il faudrait. Comme dans le passé, ils s’appuient encore sur des services similaires à ceux des banques, avec tous leurs inconvénients et vulnérabilités. Si vous êtes un nouvel utilisateur des cryptomonnaies (ou même un utilisateur de longue date), veuillez lire ceci. Mon but est de rappeler que la cryptomonnaie, c’est de l’argent liquide numérique, et qu’il existe quelques règles pour tirer au mieux parti de ses avantages. Continuer la lecture de « L’argent numérique n’a pas besoin de banque numérique »

Le site BitCart abandonne Bitcoin en faveur de Dash

BitCart abandonne Bitcoin en faveur de DashBitCart est un site irlandais qui propose, contre un paiement en cryptomonnaie, des chèques-cadeaux Amazon à prix réduit (jusqu’à 15% d’économie sur leur valeur faciale). Confronté aux nombreux problèmes liés à Bitcoin, le site a décidé de ne plus accepter que Dash. Joël Valenzuela, dans un article de Dash Force News publié le 5 juin 2017, nous explique pourquoi… Voici la traduction de cet article par Dash France, à l’attention des lecteurs francophones.


BitCart a annoncé supprimer la possibilité de payer avec Bitcoin, laissant l’exclusivité des paiements à Dash.

Plus tôt dans l’année, la startup irlandaise, qui offre à ses utilisateurs une réduction de 15% sur les chèques-cadeaux Amazon.com achetés en cryptomonnaie, avait intégré Dash comme option de paiement aux côtés de Bitcoin, ce qui avait entraîné un afflux énorme de commandes. Aujourd’hui, BitCart abandonne toute fonctionnalité Bitcoin — ce qui signifie que ses clients utiliseront uniquement Dash.

Continuer la lecture de « Le site BitCart abandonne Bitcoin en faveur de Dash »

La communication de Dash, une histoire de communauté

illustration : © CoinTelegraphLe modèle d’auto-financement de Dash est une de ses forces et de ses grandes originalités. Dans un article paru tout récemment dans le CoinTelegraph, Joël Valenzuela explique et analyse en quoi ce système vertueux permet à Dash de faire fructifier intelligemment sa communication. C’est l’occasion de donner la parole sur ce sujet à des acteurs très actifs de la communauté, tels qu’Amanda B. Johnson et Tao of Satoshi, rapidement rencontrés dès lors qu’on s’intéresse à Dash…

Pour lire ce nouvel article de fond traduit en français par Dash France, il suffit de suivre ce lien !

Dash, un exemple de communication communautaire auto-financée

illustration : © CoinTelegraph
illustration : © CoinTelegraph

Le modèle d’auto-financement de Dash est une de ses forces et de ses grandes originalités. Dans cet article paru dans le CoinTelegraph en mars 2017, le journaliste Joël Valenzuela analyse en quoi ce système vertueux permet à Dash de faire fructifier sa communication, et donne la parole à des acteurs de la communauté très impliqués dans cette tâche, tels qu’Amanda B. Johnson et l’infatigable Tao of Satoshi. Cet article est traduit par Dash France avec l’aimable autorisation de son auteur.


Bitcoin et beaucoup d’autres cryptomonnaies, toutes basées sur une technologie de registre distribué (blockchain), opèrent dans un environnement open source, sans propriétaires centralisés ni structure donneuse d’ordres.

Dans ce modèle, les mineurs, c’est-à-dire ceux qui créent de nouvelles “pièces” et traitent les transactions sur le réseau, sont les seuls qui reçoivent un financement directement de la cryptomonnaie elle-même, sous la forme de la récompense de bloc, soit toute la nouvelle monnaie créée.

Dash, une cryptomonnaie qui met l’accent sur la simplicité d’utilisation et l’adoption par le grand public, se distingue de ce modèle en n’offrant que 45% de la récompense de bloc aux mineurs, et en en réservant 10% au financement du développement ainsi qu’à d’autres projets.

Projets communautaires

Tigerix, un utilisateur de Reddit, compare les approches et succès respectifs de Dash et Monero et met en avant l’organisation et le financement tels que mis en œuvre par Dash :

« Voilà pourquoi Dash excelle en marketing et a de grandes ambitions en termes de facilité d’utilisation et d’adoption de masse. Monero est comme Linux, Dash est comme Microsoft. Dash a tout le potentiel d’une entreprise fructueuse. »

Cependant, à la différence d’une entreprise, Dash n’est ni possédé ni contrôlé par un groupe donné ou certains individus. Au contraire, les 10% du “Trésor” budgétaire qui sont réservés pour le développement sont contrôlés par les masternodes, c’est-à-dire des actionnaires (et bénéficiaires des autres 45% de la récompense de bloc Dash) qui ont le pouvoir de voter pour ou contre toute proposition budgétaire qui leur est présentée.

Toute demande de financement doit passer par un vote des opérateurs de masternode, même celles formulées par l’équipe de développement et le fondateur de la monnaie. À ce titre, Dash peut être considérée comme la toute première organisation autonome décentralisée (decentralized autonomous organizationD.A.O.).

Cette D.A.O. a déjà rendu possible de nombreux projets communautaires, apparus de façon spontanée et financés de la même manière que l’équipe de développement — projets parmi lesquels on trouve de nombreuses opérations de communication vers le grand public.

Amanda B. Johnson et son émission « Dash detailed »

Amanda B. Johnson, qui a écrit pour CoinTelegraph et réalisé une émission généraliste sur les cryptomonnaies, « The Daily Decrypt », a fait le constat d’un manque de productions médiatiques sur l’écosystème Dash. Elle a saisi la possibilité de soumettre une proposition aux masternodes, afin de produire une série de vidéos informatives orientées grand public et portant sur le fonctionnement de Dash, mais aussi pour diffuser l’actualité et faire connaître les travaux de la communauté.

Selon Johnson, les financements du “Trésor” disponibles pour les projets communautaires sont un élément de motivation indispensable pour que fleurissent de telles initiatives, performantes et cohérentes :

« Ces réalisations sont la conséquence de l’incitation financière. S’il n’y avait pas eu ces fonds disponibles du Trésor, je n’aurais jamais consacré tout ce temps, toute cette énergie et ce travail énorme à produire “Dash Detailed”. Des incitations économiques adaptées entraînent l’apparition spontanée de ressources — dans notre cas, celui de “Dash Detailed”, nous sommes un moyen de  communication large sur les développements de Dash. »

Johnson se sent toujours grandement responsable de ses productions, mais travailler pour une D.A.O. lui donne aussi une grande liberté opérationnelle :

« J’ai bien sûr autant de liberté que m’en accordent les masternodes (mes employeurs). On ne peut pas gagner de l’argent sans avoir un ou plusieurs patrons — vos clients sont vraiment vos patrons de dernière instance. Mais c’est vraiment magique de ne pas avoir affaire à l’ennui des salaires traditionnels et des banques ! »

L’initiative communautaire « Dash Nation »

Afin de faire grandir une communauté à l’esprit positif, d’accueillir les nouveaux utilisateurs et de bâtir une plateforme collaborative de discussion, Tao of Satoshi, activiste Dash sur Twitter, a lancé sur Slack le canal « Dash Nation », après qu’une précédente communauté Dash sur Slack se soit effondrée, minée par les conflits et la négativité :

« Après l’implosion du premier Slack, j’ai senti qu’il y avait un vide dans la communauté qui ne demandait qu’à être rempli. Disposer d’un endroit où le respect et le professionnalisme soient la règle, et où les gens pourraient se fréquenter et collaborer en temps réel sur des projets, ça ne pouvait qu’être une bonne chose. »

Témoin du succès de l’émission YouTube de Johnson, mais pensant que Dash avait besoin d’un canal supplémentaire d’information, Tao a lancé sa propre émission, “Cash Alternative TV”, et a soumis une proposition budgétaire aux masternodes pour financer l’équipement nécessaire à la réalisation :

« “Cash Alternative TV” a été créée parce qu’il était pour moi important d’ajouter une voix sur YouTube à celle d’Amanda B. Johnson, et parce que je suis fortement convaincu qu’il faut s’engager dans la “guerre de l’argent liquide” [war on cash]. »

Tao pense que ses deux projets communautaires sont parvenus à élargir la communauté et la visibilité de Dash :

« Ce sont tous les deux des réussites, et le Slack “Dash Nation” est devenu un endroit super pour rencontrer des gens qui partagent la même conviction, dans une ambiance positive. Je ne suis sans doute pas objectif, mais j’ai le sentiment que le Slack a eu un impact énorme sur le moral et la productivité de la communauté. “Cash Alternative TV” est plus jeune, je n’en suis encore qu’à évaluer ses résultats. Elle m’a permis de contrer une campagne hostile bourrée de contre-vérités et orchestrée par le meneur d’un de nos concurrents. Elle s’est donc montrée aussi très utile. »

Le projet « Dash Force » d’activisme en ligne

En complément des actions de Tao visant à améliorer la communication de Dash et à contrecarrer la presse ou les commentaires hostiles, Mastermined, un membre de la communauté du Slack « Dash Nation », a identifié un manque dans l’activisme en ligne pro-Dash. Témoin des actions menées par une autre cryptomonnaie, abondantes, coordonnées et en fin de compte réussies, il a pris sur lui de soumettre une proposition ayant pour but, de manière similaire, de financer des actions de promotion en matière de discussion en ligne et de défense de Dash :

« C’est quelque chose à quoi j’avais pensé depuis pas mal de temps. Quelques membres de la communauté s’étaient déjà essayés à des projets similaires, mais ils avaient échoué à obtenir un financement pour une raison ou une autre. Après qu’un projet au nom similaire ait échoué pour des raisons de leadership, j’ai décidé de monter au créneau, et de faire en sorte que ça se fasse. »

D’après Mastermined, la « Dash Force » a eu l’effet souhaité : galvaniser la communauté et l’entraîner à défendre Dash en apportant des réponses aux questions et aux critiques.

« Pour l’heure, et de tous les points de vue, c’est un succès complet. La participation augmente de partout et la communauté s’est vraiment réunifiée après la division brutale de notre précédent canal Slack. Dans le domaine des cryptomonnaies, le marketing et la communication sont tout aussi importants que dans n’importe quel autre secteur. Les monnaies qui négligent de prendre en charge ces aspects seront piétinées par la concurrence. »

Mastermined est aussi bien conscient des avantages d’un système de financement de type D.A.O., par rapport à une structure traditionnelle d’entreprise centralisée :

« La gouvernance décentralisée par blockchain est la clé de nos succès marketing. Elle nous a permis de financer des actions menées par des agences traditionnelles de communication, mais aussi de financer du marketing communautaire pur. On a besoin des deux pour être efficaces, et Dash, en ce domaine, est à la pointe de toutes les cryptomonnaies. »

Le modèle de la D.A.O. encourage un écosystème décentralisé

Le modèle décentralisé de distribution des fonds du Trésor encourage le développement de l’écosystème Dash à un niveau communautaire. Cela diffère à la fois du modèle traditionnel centralisé, où toutes les initiatives doivent d’abord passer sous l’examen de l’équipe dirigeante, et du modèle open source où l’action de la communauté pour faire croître l’écosystème doit s’auto-organiser et s’auto-financer.

Selon Ryan Taylor, directeur financier de l’équipe de développement Dash, ce modèle permet d’allouer un financement aux projets qui sont en-dehors du champ ou du contrôle de l’équipe centrale, et donc de créer de multiples projets au sein de la grande D.A.O. Dash :

« Les gens parlent souvent de Dash comme d’une entreprise, et il est facile de voir pourquoi. Le réseau finance une équipe de développement très unie, avec une stratégie et une direction claires. Mais en réalité, notre blockchain finance beaucoup de D.A.O. différentes, dont chacune poursuit des objectifs variés pour améliorer la monnaie, et ces entités et projets vivent côte à côte. À la différence d’une entreprise classique, cette approche garantit que les meilleures idées puissent s’épanouir, quelle que soit leur origine. »

Tao voit dans la D.A.O. Dash une chance de financer une communication de haut niveau bien plus efficace qu’un modèle centralisé :

« Je trouve super la façon dont Dash gère sa communication à travers des canaux communitaires, en donnant à l’information ce côté personnalisé. Ça ne touche peut-être pas autant de monde que des campagnes organisées et très coûteuses, mais, pour l’argent qui y est investi, le système Dash fonctionne à merveille. On sent partout un enthousiasme. Avec le temps, on comprendra combien la communication de Dash est complémentaire des initiatives de l’équipe de développement. Nous aurons alors une machine parfaitement huilée pour diffuser l’actualité de la monnaie numérique au monde. »

Joël Valenzuela