Avenir de Dash : les cinq points à retenir du communiqué d’Evan Duffield

Dash à Hong-KongEvan Duffield, le fondateur de Dash, a récemment publié depuis Hong Kong un communiqué, premier d’une série sur l’avenir de Dash, traduit ici en français par Dash France. Mais, en quelques mots, que nous apprend ce “communiqué de Hong Kong” ? Eric Sammons, dans un article de Dash Force News paru le 29 juin 2017, en retient cinq points principaux. Voici la traduction de ses réflexions en français.


Le film Braveheart nous montre William Wallace en meneur d’une rébellion écossaise contre les Anglais. Après quelques premiers succès limités, l’aristocratie écossaise finit par se chamailler sur des problèmes de seconde zone, tels que les titres de possession de terres ou les droits de succession. Wallace réunit les nobles écossais et leur déclare qu’il va, tout simplement, envahir l’Angleterre elle-même — une tâche apparemment impossible.

Cette scène m’est revenue à l’esprit à la lecture du “communiqué de Hong Kong” d’Evan Duffield, le fondateur de Dash. Après avoir enregistré quelques petits succès contre le système dominant de monnaie fiduciaire, la communauté Bitcoin, désormais, se chamaille sur des choses comme SegWit, les tailles de bloc de 2 Mo ou le réseau Lightning. Mais Duffield veut « envahir l’Angleterre » et défier tout le système de paiements fiduciaires. Une chose est sûre : on ne peut pas reprocher au fondateur de Dash d’être timide.

Je n’ai pas encore totalement assimilé le communiqué de Hong Kong, mais pour l’heure j’aimerais en souligner cinq points précis : Continuer la lecture de « Avenir de Dash : les cinq points à retenir du communiqué d’Evan Duffield »

L’argent numérique n’a pas besoin de banque numérique

Billet numérique DashDans un article de Dash Force News publié le 16 juin 2017, le prolifique Joël Valenzuela explique en quoi les cryptomonnaies, et Dash en particulier, n’ont aucun besoin d’une quelconque “banque numérique”. Il s’agit bel et bien pour chacun d’être sa propre banque et, pour cela, de respecter quelques règles de sécurité. Dash France vous propose la traduction de cet article en français.


Coinbase [plateforme d’achat et de vente de cryptomonnaies] a récemment “gelé” le compte qui recueillait les dons en faveur de Ross Ulbricht. Cet épisode a suscité en moi quelques pensées : beaucoup d’utilisateurs de cryptomonnaies n’utilisent pas Coinbase de la manière qu’il faudrait. Comme dans le passé, ils s’appuient encore sur des services similaires à ceux des banques, avec tous leurs inconvénients et vulnérabilités. Si vous êtes un nouvel utilisateur des cryptomonnaies (ou même un utilisateur de longue date), veuillez lire ceci. Mon but est de rappeler que la cryptomonnaie, c’est de l’argent liquide numérique, et qu’il existe quelques règles pour tirer au mieux parti de ses avantages. Continuer la lecture de « L’argent numérique n’a pas besoin de banque numérique »

Le site BitCart abandonne Bitcoin en faveur de Dash

BitCart abandonne Bitcoin en faveur de DashBitCart est un site irlandais qui propose, contre un paiement en cryptomonnaie, des chèques-cadeaux Amazon à prix réduit (jusqu’à 15% d’économie sur leur valeur faciale). Confronté aux nombreux problèmes liés à Bitcoin, le site a décidé de ne plus accepter que Dash. Joël Valenzuela, dans un article de Dash Force News publié le 5 juin 2017, nous explique pourquoi… Voici la traduction de cet article par Dash France, à l’attention des lecteurs francophones.


BitCart a annoncé supprimer la possibilité de payer avec Bitcoin, laissant l’exclusivité des paiements à Dash.

Plus tôt dans l’année, la startup irlandaise, qui offre à ses utilisateurs une réduction de 15% sur les chèques-cadeaux Amazon.com achetés en cryptomonnaie, avait intégré Dash comme option de paiement aux côtés de Bitcoin, ce qui avait entraîné un afflux énorme de commandes. Aujourd’hui, BitCart abandonne toute fonctionnalité Bitcoin — ce qui signifie que ses clients utiliseront uniquement Dash.

Continuer la lecture de « Le site BitCart abandonne Bitcoin en faveur de Dash »

Comment travailler pour plus de mille patrons ? La réponse d’Amanda B. Johnson

Dash DAODepuis bientôt un an, Amanda B. Johnson et son acolyte Pete Eyre sont employés par le réseau Dash pour assurer une part importante de sa communication. Leur travail se traduit par un nombre important de vidéos, notamment la double vidéo hebdomadaire « Dash Detailed », mais aussi par des articles, interviews, interventions lors de conférences, etc. Dans un récent article, Amanda Johnson explique ce qu’est travailler pour un réseau décentralisé, c’est-à-dire, selon ses termes, avoir « plus de mille patrons ». Comment est-on recruté et comment est-on payé par le réseau Dash ? Cet article est traduit ci-dessous par Dash France, à l’attention du public francophone.


Certaines personnes croient qu’un travailleur indépendant est son “propre patron”, qu’il n’est redevable à personne sauf à lui-même, et que, d’une certaine façon, l’argent n’a qu’à rentrer, tout simplement.

Ayant travaillé comme serveuse, blogueuse SEO, animatrice de fêtes d’enfants, voiturière, figurante à Hollywood et plus d’une douzaine d’autres emplois, je peux garantir qu’il n’existe rien de tel qu’“être son propre patron”. Du moment que vous êtes payé pour faire quelque chose, devinez quoi ? vous avez un patron. La question est plutôt : combien de patrons avez-vous ?

Continuer la lecture de « Comment travailler pour plus de mille patrons ? La réponse d’Amanda B. Johnson »