Avenir de Dash : les cinq points à retenir du communiqué d’Evan Duffield

Dash à Hong-KongEvan Duffield, le fondateur de Dash, a récemment publié depuis Hong Kong un communiqué, premier d’une série sur l’avenir de Dash, traduit ici en français par Dash France. Mais, en quelques mots, que nous apprend ce “communiqué de Hong Kong” ? Eric Sammons, dans un article de Dash Force News paru le 29 juin 2017, en retient cinq points principaux. Voici la traduction de ses réflexions en français.


Le film Braveheart nous montre William Wallace en meneur d’une rébellion écossaise contre les Anglais. Après quelques premiers succès limités, l’aristocratie écossaise finit par se chamailler sur des problèmes de seconde zone, tels que les titres de possession de terres ou les droits de succession. Wallace réunit les nobles écossais et leur déclare qu’il va, tout simplement, envahir l’Angleterre elle-même — une tâche apparemment impossible.

Cette scène m’est revenue à l’esprit à la lecture du “communiqué de Hong Kong” d’Evan Duffield, le fondateur de Dash. Après avoir enregistré quelques petits succès contre le système dominant de monnaie fiduciaire, la communauté Bitcoin, désormais, se chamaille sur des choses comme SegWit, les tailles de bloc de 2 Mo ou le réseau Lightning. Mais Duffield veut « envahir l’Angleterre » et défier tout le système de paiements fiduciaires. Une chose est sûre : on ne peut pas reprocher au fondateur de Dash d’être timide.

Je n’ai pas encore totalement assimilé le communiqué de Hong Kong, mais pour l’heure j’aimerais en souligner cinq points précis : Continuer la lecture de « Avenir de Dash : les cinq points à retenir du communiqué d’Evan Duffield »

Un communiqué d’Evan Duffield sur la feuille de route de Dash

Evan Duffield, fondateur de DashEvan Duffield, fondateur de Dash, a publié le 26 juin 2017 le premier communiqué, volontiers technique, d’une série présentant la feuille de route de Dash — et notamment la future mise à jour majeure Evolution. En voici la traduction intégrale par Dash France, à l’attention de la communauté francophone.


Bonjour à la communauté Dash !

Tout au long de l’année dernière, Andy Freer et son équipe ont préparé un programme complet pour le lancement de Dash Evolution. En raison de la grande quantité de travaux fondateurs et des énormes enjeux impliqués, nous avons pris soin de ne pas divulguer trop d’informations au début du projet. Nous ne voulons pas donner d’avantage à la concurrence, ni faire de promesses sans savoir si elles peuvent être tenues.

Nous avons débuté la conception d’Evolution par une série de prototypes rapides. Ces prototypes ont montré les principaux concepts du portefeuille et son mode de fonctionnement. Plus récemment, nous avons commencé à utiliser DIPS, Dash Improvement Proposals [Propositions d’Amélioration de Dash], pour nous doter en interne d’un processus très précis de création, de planification et de mise en œuvre de Dash Evolution.

Tous les éléments conceptuels ont été achevés il y a quelques semaines, et j’ai pu servir de conseiller à Andy et son équipe. Alors qu’approchait la fin de cette étape, c’est avec enthousiasme que j’ai sauté dans un avion à destination de Hong Kong, pour y voir Andy et d’autres membres de la communauté qui y résident. Dès mon arrivée, j’ai réétudié tout leur programme et aidé à élaborer le plan le plus complet et global à ce jour. Ce programme couvre, littéralement, jusqu’au moindre détail de l’architecture d’Evolution, de son économie, de tout son fonctionnement et de la façon dont elle sera mise en œuvre.

Je suis heureux d’annoncer qu’après plusieurs jours de planification, de rencontres et de documentation, nous avons terminé la version définitive de la feuille de route de Dash Evolution et de son programme de mise en œuvre. Ce programme rebat toutes les cartes et transforme notre réseau : d’un petit acteur mineur dans l’industrie, il deviendra le tout premier réseau capable de concurrencer directement les réseaux de paiement les plus importants. Nous pourrons concurrencer les cartes de crédit à leur niveau propre, atteindre leur volume de transactions mais avec des frais moindres et des solutions simples à utiliser — et nous ferons tout ceci en conservant une décentralisation complète.

Voici quelques nouveaux concepts que j’aimerais mettre en avant :

  • Masterblocks (blocs-maîtres) : la bascule, pour la liste des masternodes, d’un consensus logiciel à un consensus matériel.
  • Parts de masternode : la possibilité pour les déposants de gagner des intérêts et de voter à partir de masternodes partiels.
  • Passage à des blocs ultra-larges : un programme exhaustif pour concevoir du matériel et des logiciels assurant le passage de blocs de 2 Mo jusqu’à une taille de 400 Mo.
  • Transitions d’état : le traçage des changements dans DashDrive.
  • Fonctions de maintenance du réseau : l’utilisation de la technologie des quorums pour élaborer des fonctions administratives, ce qu’on peut comparer à une crontab (table de planification horaire) décentralisée qui mettra DashDrive à jour.
  • Objets de gouvernance : tous les objets requis pour le lancement sont déterminés et ils fonctionnent en stockant l’information utilisateur de manière sûre et efficace.
  • Système de crédit : un système de crédit/débit pour des charges de travail incrémentielles relatives au stockage des données et à la puissance de calcul utilisateur.
  • Nouvelle structure de frais : des frais inférieurs deviendront économiquement viables.

Ce modèle est fonctionnel d’un point de vue économique, sera pleinement rétribué à tous les niveaux et mis en œuvre par des améliorations continûment apportées au réseau. Notre programme s’appuie fortement sur des concepts de masternode tels que le cautionnement, les actions basées sur quorum et notre réseau optimisé à deux niveaux. Nous construisons Evolution de telle manière que, pendant sa croissance, Dash conserve son avantage sur le marché. Au fur et à mesure, nous peaufinerons et implémenterons chaque composant individuel, avec une mise à l’échelle efficace et en nous assurant un avantage concurrentiel irrattrapable.

Nous sommes bien au-delà de tous les autres projets dans la cryptosphère, ayant été grandement aidés par notre gouvernance décentralisée et notre système budgétaire. Avec celui-ci, nous avons pu (et continuerons à pouvoir) rémunérer les meilleurs talents pour concevoir et mettre en œuvre chaque composant, sans tomber dans des méthodologies centralisées guidées par la seule recherche du profit, qui n’aboutissent qu’à des goulets d’étranglement et à de possibles points de vulnérabilité.

Nous suivons une stratégie de développement incrémentiel qui nous permettra de sortir Evolution en de multiples étapes. Chaque nouvelle phase de développement visera à une croissance de facteur 10 en termes d’utilisateurs, tout en incorporant de nouvelles fonctionnalités telles que les parts de masternode sans tiers de confiance [trustless], le mélange à l’aveugle et les blocs ultra-larges avec des temps rapides de propagation.

Nous construisons un système capable de gérer des quantités massives de trafic utilisateur et de soutenir un nombre très élevé de transactions par seconde. Nous prévoyons qu’un tel changement d’échelle exigera que les masternodes tournent sur du matériel spécialisé, construit spécifiquement pour le réseau Dash. Nous sommes en train de concevoir ces équipements, d’une façon décentralisée et transparente. En concevant et créant ce matériel nous-mêmes, nous nous assurerons qu’il répondra aux besoins du réseau tout en garantissant le plus haut niveau de sécurité.

Le programme qui suit est ce qui rendra Dash Evolution possible, lui permettant de gérer des millions d’utilisateurs en l’espace de quelques années. Evolution permettra à Dash de devenir la première monnaie numérique à atteindre un marché de masse. Nous y parviendrons tout en conservant une décentralisation complète. Nous ajouterons aussi d’importantes fonctions de sécurité qui, jusqu’ici, ont dû rester confidentielles.

Cautionnement, quorums et DashDrive

Chaque partie de Dash Evolution sera renforcée en n’autorisant que des actions spécifiquement approuvées à avoir lieu sur le réseau. Par exemple, nous utiliserons la première base de données décentralisée avec une structure de données entièrement lisible et éditable, stockée à travers le réseau dans une base de données fragmentée. Tout cela est sécurisé par ce concept que nous appelons le cautionnement, ainsi que par les quorums. Chaque écriture dans la base de données exige qu’une série pseudo-aléatoire de masternodes, appelée quorum, approuve et signe un message. Si la majorité du quorum se met d’accord, l’objet d’écriture est incorporé à ces signatures de masternode et répercuté en interne à DashDrive. En utilisant les quorums de masternode, nous garantissons que notre réseau est à l’épreuve des attaques Sybil. Toute tentative d’attaquer le réseau réclamerait à l’attaquant de contrôler un nombre énorme de masternodes, ce qui serait d’un coût prohibitif.

Les quorums eux-mêmes sont renforcés par des hachages de preuve de travail qui constituent la “graine” de la fonction randomisante des quorums. Pour attaquer ce système, on devrait soit disposer d’une quantité énorme de dashs (pour attaquer directement les quorums) ou d’une vaste quantité de puissance de minage (pour modifier la graine de hasardisation). Nous prévoyons le fait que l’une ou l’autre de ces attaques serait atrocement chère et dispendieuse. En raison de l’importance de ces graines aléatoires, notre florissant marché ASIC et une future condition de cautionnement pour le minage deviennent d’importants éléments fondateurs du succès et de la sécurité de notre produit.

J’ai toujours été opposé à toute bascule vers une méthode de consensus par preuve d’enjeu [proof of stake] en raison des problèmes de sécurité potentiels. Au cours des recherches pour Evolution, il est devenu clair que la seule façon de mettre en œuvre de manière sécurisée une technologie à base de quorums est d’utiliser notre modèle hybride de preuve de travail (minage) et de preuve de service (masternodes). Les concurrents qui sont passés à la preuve d’enjeu devraient songer à revenir à la preuve de travail pour renforcer leurs hachages, si jamais ils souhaitent utiliser la technologie des quorums. Sans preuve de travail pour fournir une couche supplémentaire de sécurité, de tels systèmes sont vulnérables à plusieurs modes d’attaque différents.

Un processus de vote démocratique

Toutes les actions sur le réseau sont menées selon un processus de vote démocratique, où les masternodes à cautionnement sont les seuls membres autorisés à voter sur les questions de réseau. De manière additionnelle, les utilisateurs finaux obtiendront eux aussi la possibilité de s’exprimer sur les questions de réseau en déposant de l’argent sous forme de parts de masternode sans tiers de confiance. Cela donnera aux déposants un droit d’influer sur la direction du réseau, dans une distribution égale de pouvoir et d’influence sur le réseau lui-même. En rendant possibles les parts de masternode via les comptes d’épargne, nous baissons le seuil requis pour participer à la gouvernance, et nous diminuons le pouvoir des détenteurs importants de masternodes. Cela rendra notre réseau encore plus décentralisé.

Une structure d’équipes sans but lucratif

Nous sommes résolus à conserver un état d’esprit sans but lucratif, dans lequel les individus sont payés pour le travail qu’ils accomplissent sans qu’une organisation entrepreneuriale ne prélève une part des profits. Nous nous organiserons en de multiples petits groupes, chacun avec sa propre structure de gestion, ses propres protocoles administratifs, stratégies, missions, objectifs et projets. Ces équipes seront payées directement depuis notre blockchain. Cela décourage les comportements de recherche de profit, puisque le financement est garanti par le réseau tant que les étapes successives sont atteintes. Cette structure est robuste, et chacun, de n’importe quelle équipe, à tout moment, peut être licencié par le réseau lui-même. Cela permettra d’ôter chirurgicalement les points d’infection du projet, et empêchera la fragmentation de la communauté sur le long terme, tout en permettant la croissance exponentielle de notre personnel mondial.

Les applications logicielles du réseau Dash

  • Démon Core (Core daemon) : c’est le démon principal qui accomplit la plupart du travail sur le réseau. Il relaie les blocs, il valide les blocs et les transactions et, en dernière instance, il est responsable de la maintenance du registre de la blockchain.
  • DAPI (Decentralized Application Programming Interface) : c’est l’interface de troisième niveau qui permet à nos utilisateurs extérieurs d’établir une connexion au réseau et d’accéder aux services à distance, sans devoir télécharger et valider eux-mêmes de larges volumes de données.
  • DashDrive : c’est là que nous stockons les informations d’objet utilisateur sur le réseau, de façon décentralisée et sûre. Seuls ceux avec les autorisations adéquates peuvent mettre à jour les différents types de données.
  • ADAPI : nous utilisons un routage de type “onion” pour accéder de manière sûre et anonyme aux services de DAPI, permettant aux utilisateurs de garantir leur confidentialité si souhaité. Ce processus est utilisé automatiquement dans notre nouvelle implémentation de “Privacy”, une version de pointe, améliorée, de PrivateSend.

Équipes & bureaux

Je dirigerai moi-même notre nouveau bureau à Hong Kong, nommé “Dash Labs”. Nous commencerons sans attendre à construire des prototypes de matériel spécifique pour masternode. Nos bureaux existants en Arizona serviront aux recherches théoriques. Ces recherches viseront à établir le bon fonctionnement de nos idées et à détecter proactivement les problèmes avant qu’ils n’apparaissent.

Éthique et philosophie de Dash

Nous construisons un réseau financier mondial capable de mettre l’argent de chaque individu sous son contrôle direct, sans intermédiaires. Nous bâtissons Dash Evolution parce que nous croyons qu’il répond à un besoin et qu’il sera une richesse pour la société. Nous ne le construisons pas pour devenir riches. N’ayant pas de motivations de profit à court terme, nous ne devons pas mettre de manière précipitée un produit inachevé sur le marché. Nous sommes en train de constituer une équipe de contrôle qualité qui évaluera entièrement le logiciel et s’assurera qu’il répond à une norme de disponibilité de 99,999%. En dernière instance, c’est à des clients habitués aux formules traditionnelles de banque et de paiement que nous nous adressons. Ils ne seront pas forcément attachés à la décentralisation ; ils voudront plutôt un logiciel qui “fonctionne, simplement”, et qui fonctionne tout le temps. C’est, en dernier lieu, ce groupe d’utilisateurs que nous devons toujours garder à l’esprit en concevant et mettant en œuvre Dash Evolution.

Evan Duffield

Le lièvre et la tortue

Le site BitCart abandonne Bitcoin en faveur de Dash

BitCart abandonne Bitcoin en faveur de DashBitCart est un site irlandais qui propose, contre un paiement en cryptomonnaie, des chèques-cadeaux Amazon à prix réduit (jusqu’à 15% d’économie sur leur valeur faciale). Confronté aux nombreux problèmes liés à Bitcoin, le site a décidé de ne plus accepter que Dash. Joël Valenzuela, dans un article de Dash Force News publié le 5 juin 2017, nous explique pourquoi… Voici la traduction de cet article par Dash France, à l’attention des lecteurs francophones.


BitCart a annoncé supprimer la possibilité de payer avec Bitcoin, laissant l’exclusivité des paiements à Dash.

Plus tôt dans l’année, la startup irlandaise, qui offre à ses utilisateurs une réduction de 15% sur les chèques-cadeaux Amazon.com achetés en cryptomonnaie, avait intégré Dash comme option de paiement aux côtés de Bitcoin, ce qui avait entraîné un afflux énorme de commandes. Aujourd’hui, BitCart abandonne toute fonctionnalité Bitcoin — ce qui signifie que ses clients utiliseront uniquement Dash.

Continuer la lecture de « Le site BitCart abandonne Bitcoin en faveur de Dash »

Comment travailler pour plus de mille patrons ? La réponse d’Amanda B. Johnson

Dash DAODepuis bientôt un an, Amanda B. Johnson et son acolyte Pete Eyre sont employés par le réseau Dash pour assurer une part importante de sa communication. Leur travail se traduit par un nombre important de vidéos, notamment la double vidéo hebdomadaire « Dash Detailed », mais aussi par des articles, interviews, interventions lors de conférences, etc. Dans un récent article, Amanda Johnson explique ce qu’est travailler pour un réseau décentralisé, c’est-à-dire, selon ses termes, avoir « plus de mille patrons ». Comment est-on recruté et comment est-on payé par le réseau Dash ? Cet article est traduit ci-dessous par Dash France, à l’attention du public francophone.


Certaines personnes croient qu’un travailleur indépendant est son “propre patron”, qu’il n’est redevable à personne sauf à lui-même, et que, d’une certaine façon, l’argent n’a qu’à rentrer, tout simplement.

Ayant travaillé comme serveuse, blogueuse SEO, animatrice de fêtes d’enfants, voiturière, figurante à Hollywood et plus d’une douzaine d’autres emplois, je peux garantir qu’il n’existe rien de tel qu’“être son propre patron”. Du moment que vous êtes payé pour faire quelque chose, devinez quoi ? vous avez un patron. La question est plutôt : combien de patrons avez-vous ?

Continuer la lecture de « Comment travailler pour plus de mille patrons ? La réponse d’Amanda B. Johnson »

Bientôt un distributeur Dash à Lyon ?

Un des points forts de Dash est de permettre à chacun de demander le financement d’une action en faveur de Dash. Chacun peut soumettre une proposition à la communauté des opérateurs de masternode : ceux-ci s’expriment par vote décentralisé et sécurisé, puis, si le projet est adopté, le proposeur se voit automatiquement financé par le réseau, par paiement direct depuis la blockchain.

Christopher FelixChristopher Felix, un Américain installé en France, a décidé avec son épouse de solliciter les voix des masternodes en leur soumettant la toute première proposition budgétaire en rapport avec la France : installer un distributeur Dash au cœur de Lyon. Il s’agit d’un bon exemple du type d’engagement entrepreneurial que peut susciter Dash à sa manière unique, décentralisée et auto-financée.

Voici la traduction intégrale en français de la proposition de Christopher Felix, pour lequel le vote sera clos dans une quinzaine de jours :

Continuer la lecture de « Bientôt un distributeur Dash à Lyon ? »

La version 12.1 de Dash est disponible ! Une annonce d’Evan Duffield

Dash, v12.1C’est aujourd’hui que sort la version 12.1 du logiciel Dash. Cette mise à jour importante est la dernière grande étape avant la mise à jour majeure, Evolution, attendue pour la fin 2017. À cette occasion, le fondateur de Dash, Evan Duffield, a fait une annonce à la communauté des utilisateurs. La voici en français, traduite par Dash France.


Bonjour à tous,

C’est avec une grande joie que l’équipe de développement vient de sortir la très attendue version 12.1 du logiciel client Dash Core, la plus importante à ce jour. Cette version permettra à notre équipe de se focaliser pleinement sur Evolution. Une fois de plus, Dash propose des fonctionnalités inédites dans la sphère des cryptomonnaies, qui nous distinguent toujours plus du reste du marché et soutiennent l’écosystème Dash d’une façon totalement neuve et passionnante.

À l’origine, nous avions prévu pour la version 12.1 une palette réduite de nouvelles fonctionnalités. Nous avons cependant trouvé moyen d’accélérer la programmation et d’inclure plus de fonctions dans une seule version ; au fil du temps, nos ambitions premières se sont donc significativement élargies. Le résultat, c’est qu’un grand nombre de nouvelles fonctions se trouvent incluses dans la version 12.1, ce qui nous donne beaucoup d’avance sur notre calendrier initial.

La version 12.1 est, de loin, la plus profondément et méthodiquement testée que nous ayons jamais sortie. Beaucoup de volontaires et de membres de l’équipe de développement ont testé, corrigé les bugs et amélioré les performances, pendant des mois, dans le cadre du plus grand environnement de test que nous ayons jamais mis en place. De fait, même dans cet environnement d’essai, nous avons pu tester avec succès des charges de traitement de données plusieurs fois supérieures aux capacités maximales de Bitcoin. Nous avons aussi synchronisé beaucoup d’autres opérations avec la sortie de cette nouvelle version — y compris le lancement d’un nouveau site web. Pour résumer, il s’agit de la transition la mieux préparée depuis nos débuts.

Continuer la lecture de « La version 12.1 de Dash est disponible ! Une annonce d’Evan Duffield »

Auto-financement, vote et indépendance : à la découverte du “Trésor” de Dash, par Eric Sammons

Eric Sammons, essayiste et développeur, a publié le 30 décembre un article expliquant le fonctionnement et la profonde originalité du système budgétaire de Dash. Ce système, qu’Amanda B. Johnson appelle le “Trésor”, permet à Dash de s’auto-financer et de financer tous les projets utiles à son développement, après vote transparent et infalsifiable des opérateurs du réseau.

Ce texte est le premier d’une série d’articles de fond à être traduit par Dash France, à l’attention des lecteurs francophones. Pour le lire, suivez ce lien !

Le “Trésor” de Dash, un système unique de gouvernance décentralisée

Eric Sammons, essayiste et développeur, a publié le 30 décembre 2016 un article expliquant le fonctionnement et la profonde originalité du système budgétaire de Dash. Ce système, qu’Amanda B. Johnson appelle le “Trésor”, permet à Dash de s’auto-financer et de financer tous les projets utiles à son développement, après vote transparent et infalsifiable des opérateurs du réseau. Ce texte est le premier d’une série d’articles de fond à être traduit par Dash France, à l’attention des lecteurs francophones, avec l’aimable autorisation de l’auteur.


En août 2015, sans grand tapage, la cryptomonnaie Dash lançait le tout premier système fonctionnel de gouvernance décentralisée. Le système budgétaire Dash, ou « SBD », est un moyen d’allouer des fonds, directement issus de la blockchain Dash, à des projets de soutien du réseau Dash. Le SBD est aussi un système de gouvernance, car, comme on dit, « celui qui tient les cordons de la bourse écrit les règles ». Dans le cas de Dash, les cordons de la bourse sont tenus d’une façon complètement décentralisée et ils sont dénoués par la blockchain, sur la base du vote des opérateurs de masternode Dash.

Seize mois ont passé depuis ce jour important ; j’ai pensé qu’il serait utile d’examiner comment le système a fonctionné en pratique depuis lors. Par chance, un des avantages d’un système de gouvernance basé sur une blockchain, c’est que les résultats du vote sont transparents et ouverts au public : tout le monde peut facilement les consulter. J’ai créé un outil pour rendre la consultation encore plus simple, à l’adresse DashVoteTracker.com. Avec cet outil, nous pouvons étudier les propositions des seize derniers mois.

Capture d'écran du site DashVoteTracker.com
Capture d’écran du site DashVoteTracker.com

Au moment de la création du SBD, le dash se négociait autour de 2,60 dollars ; le budget mensuel total moyen (environ 7500 dashs) valait donc à peu près 20 000 dollars. Aujourd’hui, le budget mensuel se monte à plus de 83 000 dollars (au cours du jour, qui est de 11,10 dollars pour 1 dash). Depuis la naissance du SBD, 180 propositions lui ont été soumises, et le système a alloué plus de 109 000 dashs. Le SBD a financé l’équipe de développement, des actions de marketing et l’achat d’un nom de domaine. Il a aussi aidé la communauté Dash à décider de l’orientation générale de la cryptomonnaie.

Penchons-nous sur quelques temps forts, et même sur quelques temps faibles.

Propositions les plus populaires

Quelles ont été les propositions les plus populaires dans l’histoire du SBD ?

Les 10 propositions du SBD les plus populaires
Les 10 propositions du SBD les plus populaires

L’augmentation de la taille de bloc. La proposition la plus populaire dans l’histoire du SBD a eu lieu en janvier 2016, quand Evan Duffield, le créateur de Dash, a proposé au vote une augmentation de la taille de bloc [NDT : mesure technique visant à augmenter la capacité du réseau Dash]. C’est quelque chose de particulièrement remarquable si l’on se souvient du débat plein d’amertume qui secoue la communauté Bitcoin sur le même problème exactement. Les opérateurs de masternode Dash ont exprimé un soutien énorme à cette proposition (qui augmente la taille de bloc à 2 Mo au lieu de 1) : elle a récolté un nombre record de votes “oui” (2129), contre seulement 18 votes “non”.

Le distributeur de boissons Dash N’DrinkLa seconde proposition en termes de popularité, avec plus de 1800 votes positifs, finançait le distributeur de boissons Dash N’Drink. Ce distributeur de boissons, qui accepte instantanément les paiements Dash grâce à la fonctionnalité innovante InstantSend, a été présenté à la Conférence nord-américaine Bitcoin, en janvier 2016. C’est là un exemple d’affectation des fonds du SBD à un projet qui ne dépend pas de l’équipe de développement. Cette proposition a été soumise et gérée par un membre de la communauté Dash, et elle a démontré que les opérateurs de masternode n’hésitaient pas à allouer les fonds de la blockchain à tout projet mettant Dash en valeur. Le distributeur Dash N’Drink a été un succès, et il a contribué à attirer beaucoup de nouveaux membres vers la communauté Dash.

Le salaire de l’équipe de développement. La troisième proposition en termes de popularité est aussi chronologiquement la première, et c’est celle qui a la durée de vie la plus longue : un salaire pour l’équipe de développement Dash. C’est là un moyen pour le protocole Dash de se faire financer par lui-même. Contrairement aux autres cryptomonnaies, qui dépendent soit de partisans bénévoles, soit de financements privés, Dash est véritablement auto-financé.

Propositions les mieux financées

Quelles propositions ont reçu le plus de fonds dans l’histoire du SBD ?

Les 10 propositions du SBD les mieux financées
Les 10 propositions du SBD les mieux financées

Visibilité publique de Dash. La proposition qui a perçu le plus de fonds (en dashs) est la proposition « Visibilité publique de Dash », et elle a été soumise au vote le tout premier jour du SBD. Elle devait courir à l’origine sur 100 paiements mensuels successifs. Elle a été plus tard annulée à la demande de son proposeur (Evan Duffield), mais pas avant d’avoir reçu 9 paiements représentant un total de 19 404 dashs. Cette proposition, aux objectifs trop flous et sollicitant un financement élevé, représente les tout premiers jours du SBD. Par la suite, de telles propositions vastes et “génériques” ont été perçues par les opérateurs de masternode comme une manière inadéquate d’utiliser le SBD avec efficacité. Désormais, l’équipe de développement soumet des propositions sur la base de projets bien mieux définis.

Le salaire de l’équipe de développement. La proposition portant sur le salaire de l’équipe de développement Dash est seconde en termes de fonds perçus. Comme elle est toujours active à ce jour, elle montera bientôt à la première place. Elle a pour l’instant reçu 16 paiements pour un total de 18 816 dashs, et elle est la proposition active la plus populaire. Cette proposition est un signe de la confiance que placent les opérateurs de masternode dans l’équipe de développement Dash. Si cette confiance venait à faiblir, annuler cette proposition serait le moyen de “virer” cette équipe. (Imaginez qu’on puisse virer l’équipe de développement de Bitcoin !)

Dash World. Parmi les vingt propositions les mieux financées, deux seulement ont été soumises par des personnes extérieures à l’équipe de développement. Le paiement le plus important qui ait été versé à une personne non issue de l’équipe de développement (et le sixième paiement en tout) est allé à la proposition de marketing Dash World, qui a reçu 3100 dashs répartis en 4 paiements. Comme nous le verrons, le financement a été jusqu’ici dominé par l’équipe de développement Dash.

Diversité des proposeurs

Proposeurs du SBD
Proposeurs du SBD

Même si les proposeurs issus de l’équipe de développement sont ceux ayant perçu le plus de fonds du SBD (cf. infra), il y a dans le système une certaine diversité de proposeurs. Depuis ses débuts, 55 personnes différentes ont soumis des propositions au SBD, et 27 personnes ont vu leur proposition approuvée. On citera par exemple Amanda B. Johnson pour ses multiples projets de marketing vidéo, ou encore une proposition qui finance de la publicité sur le Crypto Show.

Propositions rejetées

Statut des propositions du SBD
Statut des propositions du SBD

Certains pourraient voir dans le SBD une source de dashs gratuits, mais les chiffres montrent que ce n’en est pas une. Sur l’ensemble des propositions soumises au réseau, 46 (soit 28% des propositions terminées) ont été rejetées par les opérateurs de masternode. La plupart ont été rejetées dès que proposées, mais certaines ont été annulées après une acceptation initiale. Par exemple, en décembre 2015, Evan Duffield a soumis une proposition sur trois mois pour financer une opération de communication par Transform.PR. Elle a d’abord été approuvée, et le premier paiement de 1100 dashs a été dûment versé par la blockchain. Cependant, une controverse est née parmi la communauté Dash quant à la valeur de ce projet, qui a ensuite été annulé avant que le second paiement ne soit versé. Cette situation a démontré l’indépendance des opérateurs de masternode, mais aussi le fait que personne en particulier — pas même le fondateur de Dash — ne tient les cordons de la bourse Dash.

Faiblesses

D’une innovation peuvent naître de grandes avancées dans la façon dont collaborent les êtres humains, mais souvent ces progrès ont aussi leur part de faiblesses ou de points à améliorer. Le système décentralisé qu’est le SBD, fondé sur une blockchain, n’échappe pas à la règle. Quelles sont certaines de ses faiblesses ?

Si l’on regarde les 180 propositions soumises au SBD depuis qu’il existe, 98 l’ont été par deux personnes : Evan Duffield et Ryan Taylor (“Babygiraffe”), “directeur financier” de Dash. Elles constituent l’essentiel des soumissions de l’équipe de développement. Elles représentent 54% de l’ensemble des propositions, mais en vérité le déséquilibre est plus marqué encore : le total des fonds alloués aux propositions de ces deux personnes (plus de 96 000 dashs sur un total de 109 000) représente, de manière stupéfiante, 88% de l’ensemble des fonds Dash alloués depuis que le SBD existe. Bien entendu, ces fonds n’ont pas été attribués à ces deux personnes en tant que telles ; leur vaste majorité a été redistribuée aux divers membres de l’équipe de développement, ou ont servi à payer des vendeurs tiers.

Qu’une part si grande soit affectée à l’équipe de développement, c’est compréhensible dans les premiers temps d’un projet. Quand le SBD a démarré, il n’y avait pas beaucoup de propositions sérieuses soumises par les autres membres de la communauté. Cependant, les proposeurs issus de l’équipe de développement forment encore aujourd’hui la part du lion dans le financement ; par exemple, ce mois-ci, les propositions dues à l’équipe de développement comptent pour 80% de tous les fonds demandés (et, sans doute, elles représenteront une proportion encore plus grande des fonds effectivement alloués). En guise de défense de l’équipe de développement, précisons que ses membres ont l’habitude d’attendre la fin de chaque période mensuelle budgétaire et de solliciter des fonds qui, autrement, seraient perdus pour cette période, par manque d’autres propositions. Cependant, sur le long terme, un écosystème Dash sain devrait allouer des financements à une palette bien plus large de propositions.

Les résultats du vote de la plus populaire des propositions — l’augmentation de la taille de bloc — révèle également une faiblesse. Bien que ce vote ait été ratifié il y a presque un an, la taille de bloc de Dash n’a en réalité pas été augmentée. Selon l’équipe de développement, le volume actuel de transactions est trop bas pour justifier une intervention immédiate. C’est une explication admissible ; cependant cette absence de mise en œuvre nous apprend quelque chose sur le SBD, dès lors qu’il est question de pures décisions de gouvernance. Même si les opérateurs de masternode peuvent voter une modification à apporter au protocole, ils doivent quand même faire suffisamment confiance à l’équipe de développement pour qu’elle la mette en œuvre. Bien sûr, si les opérateurs de masternode étaient contrariés de l’absence de mise en œuvre, ils pourraient toujours “virer” l’équipe de développement en interrompant le versement de leurs salaires.

L’absence de mise en œuvre de l’augmentation de la taille de bloc peut se défendre ; mais on ne peut pas dire la même chose de la proposition qui représente le troisième plus gros versement dans l’histoire du SBD : la proposition d’intégration de Dash aux distributeurs Lamassu. Cette proposition, soumise à l’origine en décembre 2015 sur une durée de douze mois (et qui a tout récemment reçu son dernier paiement), s’est vu allouer 7323,12 dashs, soit plus de 81 000 dollars au cours actuel. La proposition concernait l’intégration de Dash aux distributeurs Lamassu déjà existants, ce qui aurait permis aux utilisateurs de changer rapidement et facilement leur monnaie fiduciaire en dashs (et vice versa). Proposée par Duffield et gérée par Daniel Diaz, “directeur commercial” de Dash, cette proposition a d’abord été très populaire et elle a perçu des fonds, sans interruption, pendant une année entière. Cependant, le projet a souffert de retards et d’une faible communication, et il n’a pas produit de résultat. Beaucoup de membres de la communauté Dash voient dans cette proposition-là un signe des faiblesses de l’actuel SBD, un cas où ont été distribués beaucoup de dashs sans résultats tangibles et sans comptes rendus responsables.

Conclusion

Le système budgétaire Dash est le tout premier système de gouvernance fonctionnel basé sur une blockchain. Au cours de sa brève histoire, il a permis à la cryptomonnaie Dash d’auto-financer une équipe de développement de taille respectable. Il a financé des projets marketing substantiels, parmi lesquels Dash Detailed qui a fait croître la visibilité de Dash. Avec l’augmentation de la taille de bloc, il a même permis à Dash de répondre rapidement à un problème qui ne cesse d’affaiblir Bitcoin depuis des années.

Résoudre les faiblesses du système, telles que révélées dans ses seize premiers mois de fonctionnement : voilà la prochaine étape, cruciale, dans le renforcement de Dash et du SBD. À l’heure actuelle, il n’y a aucun mécanisme qui mette les proposeurs face à leur responsabilité en cas de non-mise en œuvre de leur projet. Ce défaut a été révélé par la proposition sur l’augmentation de la taille de bloc, et par celle sur les distributeurs Lamassu. Même si une proposition peut être annulée à mi-chemin, l’expérience montre qu’il est difficile d’obtenir des opérateurs de masternode qu’ils basculent leur vote en sens contraire, après qu’un projet ait été d’abord approuvé. Quelques pistes pour répondre à ces faiblesses : un mécanisme plus simple pour annuler un projet en cours, des adresses multi-signées pour recevoir les fonds (qui ne seront alors versés qu’à la livraison du projet) et une limitation de la durée des projets.

L’idée d’un système de gouvernance complètement décentralisé, basé sur une blockchain, tenait du rêve il y a encore quelques années, ou bien d’un roman de Philip K. Dick. Dash a pourtant rendu un tel système bien réel, et, en cela, Dash a ouvert un chemin que d’autres peuvent suivre.

Eric Sammons