Le “Trésor” de Dash, un système unique de gouvernance décentralisée

Eric Sammons, essayiste et développeur, a publié le 30 décembre 2016 un article expliquant le fonctionnement et la profonde originalité du système budgétaire de Dash. Ce système, qu’Amanda B. Johnson appelle le “Trésor”, permet à Dash de s’auto-financer et de financer tous les projets utiles à son développement, après vote transparent et infalsifiable des opérateurs du réseau. Ce texte est le premier d’une série d’articles de fond à être traduit par Dash France, à l’attention des lecteurs francophones, avec l’aimable autorisation de l’auteur.


En août 2015, sans grand tapage, la cryptomonnaie Dash lançait le tout premier système fonctionnel de gouvernance décentralisée. Le système budgétaire Dash, ou « SBD », est un moyen d’allouer des fonds, directement issus de la blockchain Dash, à des projets de soutien du réseau Dash. Le SBD est aussi un système de gouvernance, car, comme on dit, « celui qui tient les cordons de la bourse écrit les règles ». Dans le cas de Dash, les cordons de la bourse sont tenus d’une façon complètement décentralisée et ils sont dénoués par la blockchain, sur la base du vote des opérateurs de masternode Dash.

Seize mois ont passé depuis ce jour important ; j’ai pensé qu’il serait utile d’examiner comment le système a fonctionné en pratique depuis lors. Par chance, un des avantages d’un système de gouvernance basé sur une blockchain, c’est que les résultats du vote sont transparents et ouverts au public : tout le monde peut facilement les consulter. J’ai créé un outil pour rendre la consultation encore plus simple, à l’adresse DashVoteTracker.com. Avec cet outil, nous pouvons étudier les propositions des seize derniers mois.

Capture d'écran du site DashVoteTracker.com
Capture d’écran du site DashVoteTracker.com

Au moment de la création du SBD, le dash se négociait autour de 2,60 dollars ; le budget mensuel total moyen (environ 7500 dashs) valait donc à peu près 20 000 dollars. Aujourd’hui, le budget mensuel se monte à plus de 83 000 dollars (au cours du jour, qui est de 11,10 dollars pour 1 dash). Depuis la naissance du SBD, 180 propositions lui ont été soumises, et le système a alloué plus de 109 000 dashs. Le SBD a financé l’équipe de développement, des actions de marketing et l’achat d’un nom de domaine. Il a aussi aidé la communauté Dash à décider de l’orientation générale de la cryptomonnaie.

Penchons-nous sur quelques temps forts, et même sur quelques temps faibles.

Propositions les plus populaires

Quelles ont été les propositions les plus populaires dans l’histoire du SBD ?

Les 10 propositions du SBD les plus populaires
Les 10 propositions du SBD les plus populaires

L’augmentation de la taille de bloc. La proposition la plus populaire dans l’histoire du SBD a eu lieu en janvier 2016, quand Evan Duffield, le créateur de Dash, a proposé au vote une augmentation de la taille de bloc [NDT : mesure technique visant à augmenter la capacité du réseau Dash]. C’est quelque chose de particulièrement remarquable si l’on se souvient du débat plein d’amertume qui secoue la communauté Bitcoin sur le même problème exactement. Les opérateurs de masternode Dash ont exprimé un soutien énorme à cette proposition (qui augmente la taille de bloc à 2 Mo au lieu de 1) : elle a récolté un nombre record de votes “oui” (2129), contre seulement 18 votes “non”.

Le distributeur de boissons Dash N’DrinkLa seconde proposition en termes de popularité, avec plus de 1800 votes positifs, finançait le distributeur de boissons Dash N’Drink. Ce distributeur de boissons, qui accepte instantanément les paiements Dash grâce à la fonctionnalité innovante InstantSend, a été présenté à la Conférence nord-américaine Bitcoin, en janvier 2016. C’est là un exemple d’affectation des fonds du SBD à un projet qui ne dépend pas de l’équipe de développement. Cette proposition a été soumise et gérée par un membre de la communauté Dash, et elle a démontré que les opérateurs de masternode n’hésitaient pas à allouer les fonds de la blockchain à tout projet mettant Dash en valeur. Le distributeur Dash N’Drink a été un succès, et il a contribué à attirer beaucoup de nouveaux membres vers la communauté Dash.

Le salaire de l’équipe de développement. La troisième proposition en termes de popularité est aussi chronologiquement la première, et c’est celle qui a la durée de vie la plus longue : un salaire pour l’équipe de développement Dash. C’est là un moyen pour le protocole Dash de se faire financer par lui-même. Contrairement aux autres cryptomonnaies, qui dépendent soit de partisans bénévoles, soit de financements privés, Dash est véritablement auto-financé.

Propositions les mieux financées

Quelles propositions ont reçu le plus de fonds dans l’histoire du SBD ?

Les 10 propositions du SBD les mieux financées
Les 10 propositions du SBD les mieux financées

Visibilité publique de Dash. La proposition qui a perçu le plus de fonds (en dashs) est la proposition « Visibilité publique de Dash », et elle a été soumise au vote le tout premier jour du SBD. Elle devait courir à l’origine sur 100 paiements mensuels successifs. Elle a été plus tard annulée à la demande de son proposeur (Evan Duffield), mais pas avant d’avoir reçu 9 paiements représentant un total de 19 404 dashs. Cette proposition, aux objectifs trop flous et sollicitant un financement élevé, représente les tout premiers jours du SBD. Par la suite, de telles propositions vastes et “génériques” ont été perçues par les opérateurs de masternode comme une manière inadéquate d’utiliser le SBD avec efficacité. Désormais, l’équipe de développement soumet des propositions sur la base de projets bien mieux définis.

Le salaire de l’équipe de développement. La proposition portant sur le salaire de l’équipe de développement Dash est seconde en termes de fonds perçus. Comme elle est toujours active à ce jour, elle montera bientôt à la première place. Elle a pour l’instant reçu 16 paiements pour un total de 18 816 dashs, et elle est la proposition active la plus populaire. Cette proposition est un signe de la confiance que placent les opérateurs de masternode dans l’équipe de développement Dash. Si cette confiance venait à faiblir, annuler cette proposition serait le moyen de “virer” cette équipe. (Imaginez qu’on puisse virer l’équipe de développement de Bitcoin !)

Dash World. Parmi les vingt propositions les mieux financées, deux seulement ont été soumises par des personnes extérieures à l’équipe de développement. Le paiement le plus important qui ait été versé à une personne non issue de l’équipe de développement (et le sixième paiement en tout) est allé à la proposition de marketing Dash World, qui a reçu 3100 dashs répartis en 4 paiements. Comme nous le verrons, le financement a été jusqu’ici dominé par l’équipe de développement Dash.

Diversité des proposeurs

Proposeurs du SBD
Proposeurs du SBD

Même si les proposeurs issus de l’équipe de développement sont ceux ayant perçu le plus de fonds du SBD (cf. infra), il y a dans le système une certaine diversité de proposeurs. Depuis ses débuts, 55 personnes différentes ont soumis des propositions au SBD, et 27 personnes ont vu leur proposition approuvée. On citera par exemple Amanda B. Johnson pour ses multiples projets de marketing vidéo, ou encore une proposition qui finance de la publicité sur le Crypto Show.

Propositions rejetées

Statut des propositions du SBD
Statut des propositions du SBD

Certains pourraient voir dans le SBD une source de dashs gratuits, mais les chiffres montrent que ce n’en est pas une. Sur l’ensemble des propositions soumises au réseau, 46 (soit 28% des propositions terminées) ont été rejetées par les opérateurs de masternode. La plupart ont été rejetées dès que proposées, mais certaines ont été annulées après une acceptation initiale. Par exemple, en décembre 2015, Evan Duffield a soumis une proposition sur trois mois pour financer une opération de communication par Transform.PR. Elle a d’abord été approuvée, et le premier paiement de 1100 dashs a été dûment versé par la blockchain. Cependant, une controverse est née parmi la communauté Dash quant à la valeur de ce projet, qui a ensuite été annulé avant que le second paiement ne soit versé. Cette situation a démontré l’indépendance des opérateurs de masternode, mais aussi le fait que personne en particulier — pas même le fondateur de Dash — ne tient les cordons de la bourse Dash.

Faiblesses

D’une innovation peuvent naître de grandes avancées dans la façon dont collaborent les êtres humains, mais souvent ces progrès ont aussi leur part de faiblesses ou de points à améliorer. Le système décentralisé qu’est le SBD, fondé sur une blockchain, n’échappe pas à la règle. Quelles sont certaines de ses faiblesses ?

Si l’on regarde les 180 propositions soumises au SBD depuis qu’il existe, 98 l’ont été par deux personnes : Evan Duffield et Ryan Taylor (“Babygiraffe”), “directeur financier” de Dash. Elles constituent l’essentiel des soumissions de l’équipe de développement. Elles représentent 54% de l’ensemble des propositions, mais en vérité le déséquilibre est plus marqué encore : le total des fonds alloués aux propositions de ces deux personnes (plus de 96 000 dashs sur un total de 109 000) représente, de manière stupéfiante, 88% de l’ensemble des fonds Dash alloués depuis que le SBD existe. Bien entendu, ces fonds n’ont pas été attribués à ces deux personnes en tant que telles ; leur vaste majorité a été redistribuée aux divers membres de l’équipe de développement, ou ont servi à payer des vendeurs tiers.

Qu’une part si grande soit affectée à l’équipe de développement, c’est compréhensible dans les premiers temps d’un projet. Quand le SBD a démarré, il n’y avait pas beaucoup de propositions sérieuses soumises par les autres membres de la communauté. Cependant, les proposeurs issus de l’équipe de développement forment encore aujourd’hui la part du lion dans le financement ; par exemple, ce mois-ci, les propositions dues à l’équipe de développement comptent pour 80% de tous les fonds demandés (et, sans doute, elles représenteront une proportion encore plus grande des fonds effectivement alloués). En guise de défense de l’équipe de développement, précisons que ses membres ont l’habitude d’attendre la fin de chaque période mensuelle budgétaire et de solliciter des fonds qui, autrement, seraient perdus pour cette période, par manque d’autres propositions. Cependant, sur le long terme, un écosystème Dash sain devrait allouer des financements à une palette bien plus large de propositions.

Les résultats du vote de la plus populaire des propositions — l’augmentation de la taille de bloc — révèle également une faiblesse. Bien que ce vote ait été ratifié il y a presque un an, la taille de bloc de Dash n’a en réalité pas été augmentée. Selon l’équipe de développement, le volume actuel de transactions est trop bas pour justifier une intervention immédiate. C’est une explication admissible ; cependant cette absence de mise en œuvre nous apprend quelque chose sur le SBD, dès lors qu’il est question de pures décisions de gouvernance. Même si les opérateurs de masternode peuvent voter une modification à apporter au protocole, ils doivent quand même faire suffisamment confiance à l’équipe de développement pour qu’elle la mette en œuvre. Bien sûr, si les opérateurs de masternode étaient contrariés de l’absence de mise en œuvre, ils pourraient toujours “virer” l’équipe de développement en interrompant le versement de leurs salaires.

L’absence de mise en œuvre de l’augmentation de la taille de bloc peut se défendre ; mais on ne peut pas dire la même chose de la proposition qui représente le troisième plus gros versement dans l’histoire du SBD : la proposition d’intégration de Dash aux distributeurs Lamassu. Cette proposition, soumise à l’origine en décembre 2015 sur une durée de douze mois (et qui a tout récemment reçu son dernier paiement), s’est vu allouer 7323,12 dashs, soit plus de 81 000 dollars au cours actuel. La proposition concernait l’intégration de Dash aux distributeurs Lamassu déjà existants, ce qui aurait permis aux utilisateurs de changer rapidement et facilement leur monnaie fiduciaire en dashs (et vice versa). Proposée par Duffield et gérée par Daniel Diaz, “directeur commercial” de Dash, cette proposition a d’abord été très populaire et elle a perçu des fonds, sans interruption, pendant une année entière. Cependant, le projet a souffert de retards et d’une faible communication, et il n’a pas produit de résultat. Beaucoup de membres de la communauté Dash voient dans cette proposition-là un signe des faiblesses de l’actuel SBD, un cas où ont été distribués beaucoup de dashs sans résultats tangibles et sans comptes rendus responsables.

Conclusion

Le système budgétaire Dash est le tout premier système de gouvernance fonctionnel basé sur une blockchain. Au cours de sa brève histoire, il a permis à la cryptomonnaie Dash d’auto-financer une équipe de développement de taille respectable. Il a financé des projets marketing substantiels, parmi lesquels Dash Detailed qui a fait croître la visibilité de Dash. Avec l’augmentation de la taille de bloc, il a même permis à Dash de répondre rapidement à un problème qui ne cesse d’affaiblir Bitcoin depuis des années.

Résoudre les faiblesses du système, telles que révélées dans ses seize premiers mois de fonctionnement : voilà la prochaine étape, cruciale, dans le renforcement de Dash et du SBD. À l’heure actuelle, il n’y a aucun mécanisme qui mette les proposeurs face à leur responsabilité en cas de non-mise en œuvre de leur projet. Ce défaut a été révélé par la proposition sur l’augmentation de la taille de bloc, et par celle sur les distributeurs Lamassu. Même si une proposition peut être annulée à mi-chemin, l’expérience montre qu’il est difficile d’obtenir des opérateurs de masternode qu’ils basculent leur vote en sens contraire, après qu’un projet ait été d’abord approuvé. Quelques pistes pour répondre à ces faiblesses : un mécanisme plus simple pour annuler un projet en cours, des adresses multi-signées pour recevoir les fonds (qui ne seront alors versés qu’à la livraison du projet) et une limitation de la durée des projets.

L’idée d’un système de gouvernance complètement décentralisé, basé sur une blockchain, tenait du rêve il y a encore quelques années, ou bien d’un roman de Philip K. Dick. Dash a pourtant rendu un tel système bien réel, et, en cela, Dash a ouvert un chemin que d’autres peuvent suivre.

Eric Sammons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *